Extrait

À un moment, dans la soirée d’anniversaire, elle s’est retrouvée seule. J’ai bondi sur l’occasion et je me suis approché d’elle. Je l’ai regardée et je lui ai dit :

— Natacha.

Elle avait sur le visage de toutes petites paillettes couleur violet, assorties à ses yeux. Le haut de sa robe en mousseline noire transparente dévoilait ses épaules. Elle m’a souri, avec ses lèvres brillantes, elles aussi maquillées en mauve ou violet clair.

— Oui, Philippe ?

J’étais décidé, il fallait se jeter à l’eau.

— Je voudrais te dire quelque chose en particulier.

Et je l’ai vue, si jolie et si féminine. Je réfléchissais à toute vitesse en la contemplant. Soit elle avait effectivement tenté d’attirer Dinamo par des moyens pas très loyaux. Dans ce cas, lui mettre le nez sur sa conduite douteuse n’était pas très élégant, surtout que ça avait complètement échoué. Soit elle était innocente et j’étais en train de me faire un cinéma. Et j’allais lui montrer que je l’accusais d’une vilenie absurde et odieuse.

Elle a repris :

— Qu’as-tu à me dire, Philippe ?

Panique à bord, je n’allais pas attaquer, agresser ou faire de la peine à cette femme si attendrissante. Je lui ai dit la première chose qui m’est venue à l’esprit :

— Natacha, tu es ravissante.

Elle a souri, assez lentement pour que je savoure pleinement son sourire, puis elle m’a dit :

— Merci Philippe.

Et elle ajouté :

— Je vais faire pipi.

Et elle est partie.

Je suis resté planté là, complètement scotché.

%d blogueurs aiment cette page :